Le label Haute performance énergétique - Label BBC Effinergie

Le label Haute performance énergétique 2005

Les quatres labels suivants sont des déclinaisons de l'approche réglementaire RT2005 avec une petite diminution des consommations globales. L'obtention des labels peut s'obtenir facilement, en augmentant les valeurs d'isolation des parois ou en utilisant des énergies dites renouvelables. Contrairement à l'approche "basse consommation" qui nécessite une reflexion globale et remet en cause les stratégies de construction conventionnelles, le HPE et ses déclinaisons sont destinés aux constructions conventionnelles qui souhaitent améliorer un peu la qualité thermique de leur projet, sans aller vers des surcouts trop importants. L'interêt de ses labels réside pour le maitre d'ouvrage du projet dans les procédures de controle mise en place par le certificateur, qui justifie de la bonne mise en oeuvre de l'isolation et que l'étanchéité à l'air soit "acceptable".
A noter que le label HPE existait déja sous la RT 2000. Une maison labellisée HPE entre 2000 et 2005 atteindrait tout juste aujourd'hui les critères de la RT 2005. La haute performance énergétique est donc "périssable", puisqu'elle dépend des niveaux réglementaires retenus et de leur évolution.


Le label HPE 2005 - Haute performance énergétique 2005

Le bâtiment doit répondre aux mêmes exigences que la RT 2005 et en utilisant la procédure de calcul THCE.
Le coefficient Cep doit être inférieur de 10% à la valeur Cep de référence.
La labellisation est effectuée par Qualitel / Cerqual.


Le label HPE ENR 2005 - Très haute performance énergétique 2005

Le bâtiment doit répondre aux mêmes exigences que la RT 2005 et en utilisant la procédure de calcul THCE.
Le coefficient Cep doit être inférieur de 10% à la valeur Cep de référence.
La source de chaleur doit être principalement à énergie renouvelable (Biomasse, solaire, PAC).
La labellisation est effectuée par Qualitel / Cerqual.


Ponderation_geographique_altimetrique.jpg

Le label THPE 2005 - Très haute performance énergétique 2005

Le bâtiment doit répondre aux mêmes exigences que la RT 2005 et en utilisant la procédure de calcul THCE.
Le coefficient Cep doit être inférieur de 20% à la valeur Cep de référence.
La labellisation est effectuée par Qualitel / Cerqual.


Le label THPE ENR 2005 - Très haute performance énergétique 2005

Le bâtiment doit répondre aux mêmes exigences que la RT 2005 et en utilisant la procédure de calcul THCE.
Le coefficient Cep doit être inférieur de 30% à la valeur Cep de référence.
La source de chaleur doit être principalement à énergie renouvelable (Biomasse, solaire, PAC).
La labellisation est effectuée par Qualitel / Cerqual.


Le label Effinergie - BBC 2005

Effinergie est issu d'une adaptation de la démarche Minergie (qui existe depuis 10 ans en Suisse) au marché français de la construction, soutenue par le CSTB, industriels et collectivités territoriales.
Correspondant à la certification BBC, les constructions Effinergie peuvent avoir droit aux réductions de taxe foncière, extension de COS.

Le bâtiment doit répondre aux mêmes exigences que la RT 2005 et en utilisant la procédure de calcul THCE, avec modification du vecteur énergétique de la biomasse (qui passe de 1 à 0.6).
Le bâtiment peut également dans certains cas particuliers être présenté par un calcul dégradé, à condition d'argumenter sur la non recevabilité d'un calcul selon THCE, toutefois la procédure proposée (dossier justificatif, réunion d'une commission...) rend cette solution non évidente. Les premiers retours d'expérience de Effinergie témoignent que les commissions Titre V pour l'attribution des labels peuvent retarder le dossier de plus de six mois, quelque fois un an.

Exemple : prise en compte d'un poele à bois, puits canadien, chauffe eau thermodynamique, qui ne peuvent être calculés à partir du moteur RT 2005.

Sous l'impulsion des régions en partenariat avec l'Ademe qui ont initié depuis quelques années des appels à projets pour développer localement les filières de bâtiments basse consommation, Effinergie compte après un an d'existence 269 batîments certifiés (ou retenus par les appels à projets) totalisant 150.000 m² de Shon, essentiellement du résidentiel neuf.

Le principal reproche que nous pourrions faire aujourd'hui au standard Effinergie est qu'il ne fixe aucune exigence sur la performance du bâti, si ce n'est le respect de la RT2005.

C'est le seul label qui a fait ce choix de n'exiger qu'une consommation primaire globale, ce qui permet aux projets de choisir en fonction de différents paramètres quelle est la meilleure manière d'obtenir le BBC.

On voit donc beaucoup de projets labelisés alors que la performance de l'enveloppe est légèrement supérieure aux exigences RT2005, mais qui chauffent avec une pompe à chaleur, comptabilisée de manière très favorable.

Deuxième lourdeur du label, le choix de se baser sur la procédure de calcul RT 2005, qui permet à Effinergie de "pousser la réglementation vers la basse énergie", mais qui pose de nombreux problèmes :

- La procédure de calcul THCE (logiciels de calculs RT2005) donne des résultats TRES favorables pour les consommations de chauffage, non corrélé par les calculs en simulation thermique dynamique, ou le logiciel des maisons passives.
Le calcul selon la méthode RT 2005 n'a pas fait l'objet de retours d'expérience sur des constructions labellisées Effinergie (la plupart des projets labelisés feront l'objet de mesures de consommation), mais une maison calculée à 15 kwh en besoin de chauffage sous RT2005 donne généralement 30 kwh en STD ou PHPP.

- La procédure ne permet pas de prendre en compte des appoints et procédés de chauffage qui sont usuels pour de la maison à basse consommation, comme des poêles à bois, puits canadiens, VMC et ballons thermodynamiques, obligeant à demander un titre V.

- Les maisons basse consommation se heurtent souvent au garde fou prévu dans la réglementation Rt2005

Article 52 "une installation de chauffage doit comporter par local desservi un ou plusieurs dispositifs d’arrêt manuel et de réglage automatique en fonction de la température intérieure", qui nécessite que le système de chauffage dispose d'une régulation pièce par pièce, ce qui est absurde dans une maison passive ou très performante.

- Le calcul de la puissance de chauffe est réalisé par rapport à la méthode réglementaire (température extérieure de référence, exclusion des apports solaires et internes).

L'exclusion des apports n'étant pas logique dans un projet utilisant une VMC double flux ou utilisant de manière poussée une démarche de conception bioclimatique.

- Le calcul de l'inconfort d'été selon la méthode RT 2005 n'a pas fait l'objet de retours d'expérience sur des constructions labellisées Effinergie.

Il est préférable au moment de la conception d'un projet visant la labellisation de réaliser un calcul RT 2005 pour la justification ET un calcul par simulation dynamique pour optimiser le projet, dimensionner les différents équipements et mesurer précisement l'inconfort thermique estival.

Le coefficient Cepmax doit être inférieur de 50 kWhep/m².an, pour les consommations de chauffage / eau chaude / auxilliaires / éclairage, avec une pondération selon la zone géographique.

Pondération géographique et altimétrique : Cep projet = 50 x( a + b )


Zones climatiques Coefficient a
H1a, H1b 1,3
H1c 1,2
H2a 1,1
H2b 1,0
H2c, H2d 0,9
H3 0,8

Altitude Coefficient b
≤ 400 m 0
> 400 m et ≤ 800 m 0,1
> 800 m 0,2


Comme la RT 2005, le calcul de surface utilisé est la SHON, à la différence où si la SHON est supérieure de 20% à la surface habitable, le calcul est déterminé par la SHAB x 1.20.

La production d'électricité photovoltaique peut être déduite avec un maximum fixé à 12 kwhep/m².an du calcul Cep pour les logements et 25 kwh/m².an pour le tertiaire.

Un test d'infiltrométrie selon la norme I4 est réalisé par un organisme agrée, avec pour exigence une valeur minimale de 0.6 m3/h.m².
La labellisation est effectuée par Cequami / Certivea / Promotelec / Cerqual.

Pour résumer :

Procédure de calcul RT 2005

Consigne de température à 19 °C
Surface hors oeuvre nette SHON
Calcul des ponts thermiques par l'intérieur
Vecteur énergétique
Fioul / Gaz : 1
Electricité : 2.58
Biomasse : 0.6
Solaire thermique : 0
Solaire photovoltaique : 1

Valeurs limites

Pour un bâtiment neuf :

Energie utile : Niveau standart RT 2005 (valeur Ubat)
Energie finale : Rien
Energie primaire Chauffage/ECS/Auxilliaires/Eclairage:
- Cep > 50 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation
- Cep > 50% Cep ref pour bâtiments autres

Pour un bâtiment existant (label en cours de réalisation):
Energie utile : Rien
Energie finale : Rien
Energie primaire Chauffage/ECS/Auxilliaires/Eclairage:
- Cep > 80 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation
- Cep > 60% Cep ref pour bâtiments autres

Test d'étanchéité Certificat infiltrométrie obligatoire selon norme I4

- I4 > 0.6 m3/h.m² pour les maisons individuelles
- I4 > 1 m3/h.m² pour les logements collectifs
- I4 > 1.2 m3/h.m² pour le tertiaire
- I4 > 2.5 m3/h.m² pour les autres bâtiments
Documentations Référenciel Effinergie
Guide à destination des professionnels
Plaquette de présentation pour particuliers

Sites internet :

www.effinergie.org



Mise à jour 02/07/2009

Depuis la création de ce dossier, les retours d'expérience sur le label BBC-Effinergie se sont multipliés et nous ne pouvons que constater que les lourdeurs/omissions du label sont en train de participer au discrédit à moyen terme du label et de la basse consommation.

1- Le label ne remplit pas l'objectif de permettre la construction de maisons réellement performantes.

En ne précisant dans les contraintes aucun objectif pour la performance de l'enveloppe du bâtiment, de nombreux gros constructeurs se sont engouffrés dans la brêche et proposent du BBC avec une amélioration d'à peine 10% de la performance du bâti, et justifient de leur faible consommation par la mise en place d'une pompe à chaleur pour le chauffage et l'eau chaude. ATTENTION !!!

2 - Le label s'arqueboute sur des règles de calculs thermiques dépassées (RT2005) pour les bâtiments basse consommation, et des procédures de contrôle d'étanchéité inadaptées et franco-françaises (Q4).

Dans ce cadre, il nuit à la filière basse consommation car il est fréquent que pour obtenir le label, le maître d'ouvrage doit revoir des points qui vont nuire à sa performance pour respecter scrupuleusement la RT2005.

Cet état de fait est d'autant plus inacceptable que les procédures de calcul thermique (par exemple PHPP) et de contrôle (le test sous n50) existent et qu'il n'y a rien à inventer.

3 - Le label crée une confusion pour le maître d'ouvrage et le constructeur à qui il faudra expliquer pourquoi une maison très bien isolée et performante peut être bien moins bien classée qu'une maison mal isolée et mal étanchée.

4 - Le label fait le choix de ne pas considérer l'avance prise par certains pays limitrophes dans l'expérience acquise dans les matériels, menuiseries, isolants et de ne pas prendre en considération les certificats réalisés dans le cadre de la construction passive.

Nous avons eu l'occasion de constater par exemple que l'obtention du label (et du crédit d'impôt ) se voyait refusée parce que le triple vitrage certifié passif prévu par le maitre d'ouvrage ne disposait pas des normes françaises Acermi.

S'il faut attendre que le marché français se développe suffisamment pour que tous les fabricants de matériels passifs jugent utile de payer une certification française, nous risquons d'attendre quelque temps...

Le label élimine certains systèmes constructifs innovants comme la construction en paille par son choix discutable de considérer une conductivité thermique de la botte de paille à 0.12 (et apparenter le ballot de paille aux panneaux de paille compressés servant en cloisons), alors que les études en Europe ont situé le produit entre 0.05 et 0.07.

5 - Le nouveau décret d'application pour la prise en compte des poêles à bois dans les maisons basse consommation interdit quasiment toute possibilité aux maisons de plus de 110 m² de chauffer avec un poêle et d'obtenir un label. ATTENTION !!!

Sans considération du niveau de performance, du système de ventilation, ou même du climat où se trouve la construction.

Les exemples pourtant de maisons basse conso dépassant 150 m² chauffées via un petit poêle foisonnent.

Cet exemple récent est d'autant plus parlant que cette règle à pour cause le fait que Effinergie ne fixe aucun critère de performance d'enveloppe, que dans ce cadre, effectivement, une grande maison mal isolée Effinergie ne pourra pas être chauffée avec un poêle.

Mais c'est la négation du concept de maison basse énergie, ou un poêle couplé à une VMC double flux peut se substituer à un système de chauffage central avec une ventilation hygroréglable.

Cette nouvelle règle fait la part belle aux fabricants de pompe à chaleur et chaudières automatiques, ce qui ne devait pas être l'objectif initial de la basse consommation.

Pour en ajouter à ces problèmes, il convient de préciser que Effinergie est le seul label donnant droit aux crédits d'impôts, alors que d'autres standards existent en France, comme le label passif, qui fait l'objet d'une certification en France reconnue par le Passiv Haus Institut mais pour lequel le maitre d'ouvrage ne peut bénéficier d'une quelconque aide, si ce n'est en adaptant son projet afin qu'il respecte le label Effinergie, ce qui est souvent incompatible.

Cela crée une situation déséquilibrée, car d'un coté le discours du BBC-révolution énergétique (contestable) occupe tout l'espace et ne permet pas l'expression d'alternatives pertinentes.

Il serait plus que temps alors que la France finance via l'Europe le développement du passif et même ses possibles adaptations aux climats du sud du pays que les mentalités évoluent, afin que des discours correspondent à de vraies initiatives soutenables.

Le label Effinergie -P

Une adaptation du standard Effinergie est prévue pour les bâtiments répondant aux normes passives.

Nous n'avons pas plus d'information pour le moment sur ce label en préparation.

Mise à jour : L'adaptation BEPOS du standard BBC semble avoir été abandonnée.


Le label Effinergie + (Batiment à énergie positive)

Une adaptation du standard Effinergie est prévue pour les bâtiments répondant aux normes passives. Nous n'avons pas plus d'information pour le moment sur ce label en préparation.

Il semble que le fameux "bâtiment à Energie positive" qui ne répond pour le moment à aucune norme ni procédure de calcul partirait d'une base BBC.

Mise à jour :

Définition des bâtiments à énergie positive proposée par Effinergie

1.Des bâtiments conformes au label BBC effinergie actuels
2.Des bâtiments qui en moyenne annuelle produisent autant d’énergie qu’ils en consomment
3.Un engagement de rendre publiques les consommations
4.Un affichage de l’énergie grise

Les bâtiments à énergie positive autoproclamés que l'on voit fleurir dans les plaquettes de communication des constructeurs ont une définition tellement "souple" que des variations extremement importantes sont constatées d'un pays à un autre en fonction du vecteur énergétique utilisé pour la déduction de l'électricité produite par le projet.

Généralement, les vecteurs énergétiques utilisés sont ceux de l'électricité mais cela trahit souvent la réalité.

Un exemple : J'ai un bâtiment basse consommation qui consomme 40 kwhep/m².an.

Pour atteindre le seuil de l'énergie positive, il convient de faire réaliser une installation photovoltaique qui compense l'équivalent de ma consommation, soit 40 kwhep/m².an.

- Si je considère un vecteur énergétique de 2.58 pour ma production électrique (je considère que je produis pour consommer 100% de mon électricité solaire, donc j'évite de faire tourner des centrales électriques qui ont un rendement de 38%), produire 1000 kwh solaire est équivalent à éviter la production de 2580 kwh électriques.

J'ai donc besoin en réalité de produire 15 kwhef/m².an pour atteindre 40 kwhep/m².an.

- Si je considère un vecteur énergétique de 0.7 pour ma production électrique (je considère que je produis pour revendre 100% de mon électricité solaire, donc toute ma consommation électrique est issue des centrales électriques qui ont un rendement de 38%, et ma production solaire brute va subir des pertes lors du transport de l'électricité), produire 1000 kwh solaire est équivalent à permettre une consommation de 700 kwh électriques.

Ma production va se mélanger au mix énergétique actuel (et participe de façon pour le moins négligeable à diminuer le vecteur énergétique francais). J'ai donc besoin en réalité de produire 57 kwhef/m².an pour atteindre 40 kwhep/m².an.

Actuellement, Minergie considère que l'électricité photovoltaïque se situe dans le premier cas (vecteur énergétique de l'électricité).
Le standard maison passive considère un vecteur énergétique de 0.7.
Le calcul de consommation d'électricité photovoltaique selon Effinergie + s'effectuerait à partir du vecteur énergétique de 1.

Dernière remarque :

Les tarifs d'achats de l'électricité PV (Actuellement, rapport de 1 à 5 entre l'électricité achetée et le rachat du PV) orientent très clairement le marché du solaire vers une production pour revente, qui est bien moins pertinente du point de vue énergie primaire.
Il serait logique d'utiliser un vecteur de 0.7. Mais cela multiplie par 4 la surface de capteurs nécessaires à l'obtention de l'énergie positive...

Le label Minergie Standard (Le mieux au jour d'aujourd'hui !!!!)

Le standart est issu d'une démarche initiée en 1998 en Suisse et disponible en France depuis fin 2007.
La transposition francaise du label Minergie est réalisée à partir de la procédure de calcul de la réglementation thermique suisse (SIA 380). La procédure de calcul se base sur un calcul réalisé sous un logiciel adapté à la construction basse énergie (par exemple Lesosai que nous utilisons), qui est étalonné par rapport aux réalisations terminées.

L'atout premier du label Minergie est son succès.

L'année 2007 aura par exemple permis la labelisation de 2.082.016 m² SRE dans les pays où il est développé, et compte au total plus de 8.200 bâtiments certifiés.

A noter que début 2008, Minergie a revu ses seuils à la hausse, notamment l'énergie utile qui passe à 60% de la SIA 380. Une nouvelle feuille justificative voit le jour pour déterminer le confort d'été.

La labellisation est effectuée sur le territoire français par Prioriterre.

L'objectif de l'association est de faire reconnaitre en France Minergie comme un équivalent BBC
(qui donnerait droit aux différents avantages d'exonération de taxe foncière et dépassement de COS).

Défaut : La valeur limite de 42kWhep/m²SRE/an est la même, que le projet soit à Stockolm ou à Lisbonne.

Pour résumer :

Procédure de calcul

SIA 380
Consigne de température à 20°C
Surface de référence énergétique SRE
Calcul des ponts thermiques par l'extérieur
Vecteur énergétique
Fioul / Gaz : 1
Electricité : 2
Biomasse : 0.5
Solaire thermique : 0
Solaire photovoltaique : 2
Valeurs limites

Pour un bâtiment neuf :
Energie utile : 60 % valeur limite SIA 380
Energie finale : Rien
Energie primaire Chauffage/ECS/Auxilliaires:
- Valeur limite > 42 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation
- Valeur limite (à partir de 2009) > 38 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation

Pour un bâtiment existant :
Energie utile : 60 % valeur limite SIA 380
Energie finale : Rien
Energie primaire Chauffage/ECS/Auxilliaires:
- Valeur limite > 80 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation
Test d'étanchéité Certificat infiltrométrie non obligatoire
Valeur standart prise en compte dans le calcul n50=1.5 vol/h
Documentations
Référenciel Minergie 2008 FR
Référenciel Minergie 2009 FR

Guide à destination des professionnels
Plaquette de présentation pour particuliers

Sites internet :
www.minergie.fr
www.prioriterre.org


Le label Minergie Plus (ALBIO TECHNOLOGY est en cours pour le label Minergie Plus pour l'année 2010 il se fera suite à la mise en oeuvre de deux projets de maisons passives, une région TOULOUSAINE et une en PACA)

Le standart Minergie P est une adaptation suisse du concept européen de maison passive, qui permet de labelliser des projets de construction ne nécessitant pas de systèmes de chauffage spécifiques.

L'adaptation Minergie P est équivalente dans la formulation des exigences au standart Maison Passive.

Fin 2007, Minergie P comptabilisait 164 bâtiments passifs certifiés
(A comparer aux 10.000 bâtiments répondant au standart maison passive certifiés en Europe).

La labellisation peut être effectuée en France par Prioriterre.

Pour résumer :
Procédure de calcul
SIA 380
Consigne de température à 20°C
Surface de référence énergétique SRE
Calcul des ponts thermiques par l'extérieur
Vecteur énergétique
Fioul / Gaz : 1
Electricité : 2
Biomasse : 0.5
Solaire thermique : 0
Solaire photovoltaique : 2
Valeurs limites

Pour un bâtiment neuf :
Energie utile : 20 % valeur limite SIA 380 (jusque fin 2008 FR*)
Energie utile : 15 kwh/m² SRE (début 2009 FR)
Energie finale : Rien
Energie primaire Chauffage/ECS/Auxilliaires:
- Valeur limite > 30 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation
Test d'étanchéité Certificat infiltrométrie obligatoire
Valeur standart prise en compte dans le calcul n50=0.6 vol/h

Documentations Référenciel Minergie-P 2008 FR *
Référenciel Minergie-P 2009 FR
Guide à destination des professionnels
Plaquette de présentation pour particuliers

Sites internet :
www.minergie.fr
www.prioriterre.org

*Appliqué dès début 2008 en Suisse

Le label Standard Maison Passive

Le standard Maison passive est issu d'une réflexion initiée par le Passiv Haus Institut de Darmstadt sur le principe de la maison sans système de chauffage spécifique.

Les premières réalisations ont été traduites à la fin des années 1990 par un référentiel qui fixe les exigences nécessaires à l'obtention des performances passives.

Contrairement aux autres démarches présentées plus haut, le standard Maison Passive est le seul qui ait une vocation de départ et une volonté de développement européenne.

La feuille de calcul PHPP n'est pas adaptée d'une réglementation thermique par exemple mais a été developpée spécifiquement pour déterminer les consommations énergétiques d'une maison passive, et vérifiée par les consommations réelles des premiers bâtiments en fonctionnement en Allemagne/Autriche.

Fin 2007, on comptabilise environ 10.000 bâtiments réalisés en Europe, dont une petite quinzaine en France (cela donne une idée du retard que la France accuse aujourd'hui).

Par ailleurs, les travaux de PASSIVE-ON sur l'adaptation de la maison passive aux climats du sud de la france et de l'europe ont permis l'adaptation de la feuille de calcul avec une meilleure précision quant au confort estival sur ce type de climat.

Le Passiv Haus Institut certifie également des produits de construction répondant aux exigences passives (fenêtres, systèmes constructifs, ventilation, ...).

Pour résumer :
Procédure de calcul
PHPP 2007 - Développé par le Passiv Haus Institut
Consigne de température à 20°C
Surface réellement habitable
Calcul des ponts thermiques par l'extérieur
Vecteur énergétique
Fioul / Gaz : 1.1
Electricité : 2.7
Biomasse : 0.2
Solaire thermique : 0
Solaire photovoltaique :0,7
Valeurs limites

Pour un bâtiment neuf :
Energie utile chauffage : 15 kwh/m².an
Energie finale : Rien
Energie primaire Chauffage/ECS/Auxilliaires/Eclairage/Electroménager :
- Valeur limite > 120 kwh/m².an pour bâtiments à usage d'habitation
Test d'étanchéité Certificat infiltrométrie obligatoire
Valeur standart prise en compte dans le calcul n50=0.6 vol/h